covid19 – confinement et collectif

Mars 2020, voici le coronavirus!

Tous les enfants confinés à l’Échappée et une bonne partie des adultes en télétravail… 
Tout est à réinventer… comment vivre cela de façon sereine, sécure, dans le respect des différentes sensibilités face aux précautions sanitaires / besoins de liberté etc ?

Docteur C (Chantal, notre chère échappiste-médecin) explique aux enfants le virus, les règles de sécurité, la distance sociale etc . Elle a toujours plein d’idées… “coaching de cowboys” et concours du plus beau masque…

Une image contenant texte, différent, plusieursDescription générée automatiquement

le concours de dessin du coronavirus… 
on a pu découvrir le virus le plus sympa, le plus dangereux,  
le plus BD-esque, le plus rigolo…

 

Les enfants ne peuvent se voir qu’à l’extérieur et en portant un masque (plus tard, lors de la réouverture des écoles, nous lèverons le port du masque des enfants, puisqu’il n’est imposé qu’à partir de 12 ans). 


Sans enfants, la salle commune est bien calme…  du coup elle offre un espace de télétravail quand c’est compliqué dans les appartements.
L’usage du jardin est discuté pour respecter au mieux les besoins de tous. Besoin de moments de calme pour les télétravailleurs, de défoulement pour les kids… Les enfants peuvent jouer dehors de 11 à 13h (avant ça, c’est les devoirs à la maison) et de 14 à 18h. Ensuite c’est le grand rangement suivi du match de foot quotidien (pelouse anéantie en moins d’une semaine, mais défoulement garanti! c’est un moment très attendu de tous, grands et petits).



Au fil du temps, les adultes s’organisent pour se relayer auprès des enfants et assurer une présence au jardin… Régulièrement, une petite réunion « échakids » pour sonder la météo intérieure des enfants, exprimer les tensions éventuelles… Passer autant de temps ensemble, ça donne parfois des moments explosifs…

 

 

Ce confinement fragilise la vie de groupe. 
Les réunions se font rares, moins conviviales en visio, mais nous essayons d’en tenir au jardin quand c’est possible… et de trouver d’autres façons de garder le lien…


Au confinement de l’hiver, nous avons instauré les soirées brasero où l’on partageait une soupe autour du feu dans le respect des distances de sécurité… histoire de maintenir des moments ensemble dans notre « grande bulle »